Bénédict et les Rapides…


Une petite visite en Beauce vous dirait ?

Nous qui vivons au centre, visitons-nous notre beau coin de pays ?

C’est la question que je me suis posée en arrêtant pour la première fois au Parc des Rapides du Diable !

À quelques kilomètres de chez-moi, je n’avais jamais pris le temps de le visiter…

Pourtant je passe par là plusieurs fois par semaine !

juin 2018SS

C’est gratuit, il y a de beaux sentiers, propres et paisibles, le site est entretenu par la municipalité. Il y a des toilettes, tables à pique-nique et panneaux d’interprétation.

Imaginez un selfie avec Bénédict Arnold, ou dans la peau de Clothide Dupuis, dit Gilbert, qui en 1846, a trouvé une pépite d’or de 2 oz dans la rivière!

Le 16 septembre 1775, Bénédict Arnold et les quelques 674 soldats qui lui restaient, étaient parvenus à St-François (Beauceville), aux rapides…

Ils allaient essayer de chasser les anglais de Québec…

Essayant de descendre les rapides, le canot (genre pirogue) d’Arnold a chaviré…

Il contenait l’or nécessaire à louer de la main-d’œuvre, mercenaires, vivres et gites…

L’or n’a ‘jamais’ été retrouvé…

Le Diable s’en était emparé ?

Passez-y voir, vous découvrirez ce que je veux dire 😉

Les enfants adoreront et ce pourrait être un bon moment pour les intéresser à l’histoire ou aux légendes de Beauce…

Le Parc des Rapides du Diable à Beauceville ainsi que les attraits et accommodations touristiques à proximité, sont bien identifiés sur ce site de Destination Beauce.

André Garant, historien bien connu, relate quelques légendes reliées aux Rapides du Diable : http://www.patrimoine-beauceville.ca/la-legende-des-rapides-du-diable

Si vous désirez voir les Rapides du Diable à vol d’oiseau, Jean-François Duval nous les présente ici : https://www.youtube.com/watch?v=Rxb3zJUYhCw

Bénédict et son armée, en complète déconfiture et pauvre, auraient passé l’hiver 1775-76 en Beauce.

Ce sont les Algonquins et les Beaucerons qui les ont accueillis et permis de survivre…

Arnold aurait établi son avant-poste à la Calway, chez-moi…

Le cap où poussent de grands pins, est l’endroit par excellence pour surveiller le trafic sur la rivière Chaudière…

C’était la 73 de l’époque…

En parlant de la 73, je me souviens que lors des sagas difficiles pour décider du tracé, Jacques Ferron, frère de Madeleine, fondateur du parti Rhinocéros, avait suggéré que l’on construise l’autoroute au centre de la Chaudière, pour rester neutre et hors magouilles politiques. Les ‘rouges’ la voulaient dans l’ouest ou les ‘bleus’, dans l’est – ou vice-versa, dépendant où se trouvaient les terres des uns ou les autres, $$$…

Difficile de croire qu’aujourd’hui, la politique pourrait ressembler à ça ?… !

Bienvenus chez-nous !

À bientôt,

Richard XXX

juin 2018

Cliquez pour agrandir. Vous pouvez sauvegarder, utiliser, partager ou imprimer, sans autorisation autre que d’indiquer l’adresse du blog.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bénédict et les Rapides…

  1. Florence Gilbert dit :

    Super Richard très intéressant

    ________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s